Samstag, 7. Oktober 2017

KPR - 3 : Jour 162 | Pili - Fili

Avant-dernier jour de marche. A nouveau, des paysages incroyablement différents qui défilent sous nos semelles. Wendy et Ramon sont costauds. Rien ne les effraie. Ni de marcher à reculons (Ramon le fait souvent pour „filmer“ ma „face“ alors que je suis en train d'escalader quelques pentes) et Wendy, le bras musclé à force de tenir la perche, gère la réalisation, le tournage, l'équipe! Ils sont là, à fond dans leur part, dans leur domaine, à fond avec moi. Je suis touchée.


La journée est longue et se termine par une „randonnée pédestre“ à la Suisse, c'est-à-dire qu'elle est très similaire aux chemins montagneux qu'on trouve dans nos préalpes et alpes helvétiques. C'est même balisé! Le sentier est très raide, caillouteux et nos genous ne sont pas réjouis. Nous sommes tous les trois très fatigués, à nos limites. Mais l'effort en vaut la peine. Une famille de sanglier est campée devant nous, à quelques mètres, pas loin d'un restaurant et ils ne bronchent pas. Trop occupés par la nourriture.


Puis, on s'enfance dans le village et on fonce pour s'asseoir dans une taverne et savourer (ou se piffrer) avec des spécialités grecques. On a tellement faim! Au niveau campement, ce n'est pas la joie. Je laisse tomber ma sempiternelle quête d'artistes et veux passer la nuit, la dernière nuit, dans ma tente! J'aperçois une chapelle élevée sur un petit sommet au-dessus du village. Wendy et Ramon m'accompagnent pour filmer une dernière fois. Mon idée n'était pas excellente. Pas moyen de camper. Trop rocailleux, pas de terre, mais juste de la roche et des cailloux partout. Je dormirai sur le banc à côté de la chapelle. C'est-à-dire mal ou quasiment pas du tout. Le banc penche et je suis quelque peu trop large... Mince! Moi, qui ai cru avoir perdu de la matière et m'être affinée... Tu parles! Que de muscles. Je me suis élargie, hé oui! Va, Marinka, ferme tes paupières, pour ta dernière nuit.


Keine Kommentare :